Google Keen : un outil de veille incontournable

Seulement disponible depuis une petite année, nous avons tout de suite adhérés à cette nouvelle application de : Google Keen. Basée sur l’Intelligence Artificielle et le machine learning Keen est très facile d’utilisation et ressemble à un certain Pinterest dans la présentation et l’agencement de ses tableaux. À l’usage on comprend très vite que l’application Keen s’en éloigne pas mal car tout l’intérêt de cette dernière repose sur l’automatisation de votre curation et la création de tableaux en fonction de vos centres d’intérêts pré-enregistrés. Alors vous aussi vous avez la nostalgie des outils de veille gratuits ? Vous repensez souvent en soupirant à cette belle époque ou votre feedly, netvibe, scoop.it étaient libres d’accès ? Vous voulez générer un dashboard de veille accessible et efficace sans le moindre petit effort ? Keen est une excellente solution pour vous. Explications pour bien commencer la prise en main de cet outil devenu pour nous incontournable.

L’origine de Google Keen

À l’origine, Google Keen est une web app qui a l’ambition d’être un réseau social pouvant concurrencer Pinterest. Il faut rappeler que Pinterest est un excellent outil pour le SEO. Il permet de référencer vos images très rapidement dans le moteur de recherche Google et par la même occasion de générer du trafic de qualité assez facilement vers votre site internet. C’est un fait, avec Keen, Google compte bien détrôner le réseau social Pinterest et lui voler la vedette d’un point de vue référencement.

C’est l’équipe de l’incubateur Area 120 de Google qui est à l’origine de la création de Keen et du développement de sa web app du même nom. Encore en phase de test, cette application expérimentale est pourtant bel et bien fonctionnelle et mérite toute votre attention notamment si vous souhaitez utiliser un nouvel outil de veille. Son intuitivité est étonnante, on s’y sent « comme à la maison » dès la première utilisation. La prise en main est extrêmement rapide. Un paramétrage et hop vous êtes prêts pour découvrir les nombreuses fonctionnalités de Keen.

Keen fonctionne comme un dashboard de veille à mis chemin entre vos marques pages favoris de navigateur internet, Pinterest, Netvibe et le site de micro-blogging Medium. Très utile également pour votre stratégie de communication dans le cadre de votre analyse sectorielle et de vos benchmarks concurrentiels. Vos keens (vos tableaux) sont en fait des agrégateurs de contenus qui compilent des liens, des medias, des images et tout autre media du net. Ces ressources sont en lien avec les sujets que vous allez choisir d’approfondir et de suivre via l’application. Vous avez encore du mal à vous projeter dans l’utilisation de ce nouvel outil ? Petite démonstration en vidéo.

La première utilisation de Google Keen

Pour faire vos premiers pas sur Keen, rien de plus simple. Il vous suffit de vous inscrire. Si vous avez une adresse Gmail il vous suffira de vous enregistrer et vous serez connecté immédiatement à l’app web de Google. Si vous n’avez pas d’adresse Gmail, il est possible d’utiliser une autre adresse e-mail mais vous ne bénéficierez pas de toute l’optimisation liée à vos habitudes de navigation sur Google. Et oui, comme expliqué plus haut, c’est l’IA de Google qui va nourrir Keen pour vous proposer des contenus ultras précis et pertinents.

C’est pour cela que votre connexion à Google (dans ce cadre très précis) sera un avantage pour l’optimisation de votre veille et la réalisation de vos benchmarks concurrentiels. C’est le machine learning qui prend la main. Vous le connaissez déjà à travers votre usage d’applications telles que Spotify, Youtube ou encore Netflix. Des recommandations de contenus de plus en plus précises à force d’utilisation vous sont suggérées. Pour Keen, c’est la même chose et avec la puissance de Google en plus.

Les étapes pour paramétrer votre premier dashboard :

  1. Créez un Keen.
  2. Entrez vos « centre d’intérêts ».
  3. Personnalisez votre Keen : visuel de couverture, titre, description.
  4. Proposez vos propres contenus.
  5. Vous êtes prêts pour explorer vos suggestions de contenus.

Comment automatiser sa veille avec Google Keen ?

Comment tirer le meilleur de Keen ? Tout simplement en utilisant cet outil comme un agrégateur de contenus. Pour cela il faut avoir une pensée très algorithmique et nourrir la bête.

L’onglet GEMS de Google Keen

Pour commencer, il suffit de partager dans votre KEEN des URL, des vidéos, des photos, tout support selon vos centres d’intérêts. N’hésitez pas à ce moment là à créer des « sections » précisément dans l’onglet GEMS pour affiner encore davantage votre KEEN. Il est fort utile pour commencer de fournir un peu de matière à la plateforme afin que l’automatisation de votre veille devienne de plus en plus pertinente.

L’onglet Explore de Keen

Dans un deuxième temps, consultez vos premières suggestions de contenus dans l’onglet « explore ». Il suffit d’ajouter un petit « diamant » sorte de « like » de Keen qui permet à l’algorithme de bien enregistrer le type de contenus qui vous intéresse. Vous pouvez également, cliquer sur ce contenu pour l’ajouter à une section afin d’encore affiner vos recherches. La section fonctionne comme un « marque page » et vous y ajouterez progressivement les contenus qui vous ont été utiles.

L’onglet Searches de Keen

Enfin il y a le tout dernier onglet qui s’affine tout seul et autogénère des mots clés extrêmement pertinents. Pour rendre encore plus performante votre veille et votre curation de contenus, jetez un dernier coup d’œil aux suggestions proposées et rajouter les vôtres. Cela aidera l’Intelligence Artificielle de Keen à encore mieux cibler vos attentes.

Seul ombre au tableau, pour les personnes francophones, il n’existe pas encore de version multilingue sur Google Keen. Mais cela n’a pas d’incidence sur la langue des contenus que vous allez compiler via la plateforme. Alors si vous parvenez à bien vous familiariser avec l’interface, il ne vous sera plus utile de devoir traduire les onglets de Keen que vous allez vite les connaître par cœur. Bonne navigation, bonne veille et à bientôt !

Previous Post

Quel est l’impact des réseaux sociaux sur l’environnement ?

Next Post

Slow content : et si on ralentissait ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to top